Suppression des avantages sociaux : Trop c’est trop !!!

Suppression des avantages sociaux : Trop c’est trop !!! (03/05/2018)

Suppression des avantages sociaux : Trop c’est trop !!!

Fin janvier 2018, le SNB/CFE-CGC prenait l’initiative d’interroger ses 7500 adhérents afin de recueillir leur avis sur la démarche entreprise par la Direction de BNP Paribas SA de diminuer, voire de supprimer un certain nombre d’avantages sociaux dont le Personnel bénéficiait depuis de très nombreuses années.

A titre d’exemple nous avions évoqué :

La suppression, en 2013, de l’augmentation de capital réservée aux salarié(e)s à des conditions préférentielles (décote du titre de 20 %) et, avec elle, la suppression des 575 euros d’abondement qui étaient attachés aux premiers 770 euros investis,

La baisse de 45 % (entre 2011 et 2016) du montant de l’enveloppe dédiée aux augmentations salariales individuelles,

La suppression progressive, sur 4 années, des primes d’attachement à l’Entreprise (ou « primes de médaille »).

Dans notre sondage, nous faisions également état de la complexité du système de rémunération variable « Incitations Commerciales », de la dégradation de vos conditions de travail et de notre opposition à la politique de délocalisations d’emplois vers des pays à faibles coûts salariaux menée par la Direction.

Le nombre de réponses reçues a été très important. Les mots utilisés par nos adhérents pour nous faire part de leur mécontentement semblent traduire, selon nous, leur amertume, voire leur colère face à cette situation : inadmissible - dévalorisant - BNP Paribas est devenue une machine à démotiver - c’est triste de voir le peu de considération vis-à-vis des employé(e)s de BNP Paribas - inacceptable - le climat se dégrade fortement - insupportable - travailler plus pour gagner moins -  qu’est devenu l’esprit de notre Entreprise - plus aucune considération pour les salariés - nous sommes sous pression continue -  je perds ma fierté d’être BNP Paribas, élément qui était ma force et un socle de ma vie et de mon dynamisme commercial - nos conditions de travail se dégradent - la coupe est pleine -  j’aime mon Entreprise mais est-ce réciproque - etc.

Le 14 février 2018, à l’occasion de la séance plénière du Comité Central d’Entreprise (CCE) présidée par notre Directeur Général, le SNB/CFE-CGC remettait à ce dernier, en mains propres, les 76 pages reprenant de manière anonyme et volontairement limitée les 900 témoignages sélectionnés.

Comme nous l’avons dit à notre Directeur Général lors de cette séance plénière du CCE, le SNB/CFE-CGC a parfaitement conscience des difficultés actuelles auxquelles BNP Paribas doit faire face sur fond de transformation importante de son organisation et d’évolution marquée de ses offres et de ses métiers. 

Le SNB/CFE-CGC a conscience que cette transformation et cette évolution sont indispensables pour saisir toutes les opportunités nées, ou à naître, de l’accélération de la montée en puissance de la digitalisation. 

Nous savons que l’environnement dans lequel évolue notre Banque est de plus en plus rude et complexe : météo des taux défavorable, contraintes réglementaires fortes et régulièrement renforcées, concurrence accrue avec l’apparition de nouveaux acteurs et mouvements géopolitiques conduisant, parfois, à la restriction de notre périmètre d’action sont autant d’éléments défavorables rendant l’exercice de notre activité de plus en plus difficile.

>> Pour autant, nous avons tenu à dire à notre Directeur Général que, selon nous, un résultat ne devait pas, à plus forte raison quand il est élevé, se faire au détriment des conditions de travail ni se réaliser par la suppression d’avantages sociaux dont bénéficie le Personnel de BNP Paribas SA. Surtout quand ce dernier œuvre quotidiennement, souvent dans des conditions éprouvantes, afin de permettre au Groupe BNP Paribas d’être un acteur majeur au plan mondial.